Trois nations, une langue

Home » Médias sur nous » Trois nations, une langue

cde.am – Il est tout à fait logique de choisir comme thème d’une rencontre un sujet qui s’insère d’une manière ou d’une autre dans le fil d’actualité du moment. Et même si ce n’est pas par un tel raisonnement que Maxence Smaniotto, responsable de la francophonie auprès de la fondation humanitaire suisse KASA, et Lusine Sargsyan, responsable du centre de ressources et de documentation de l’Alliance française d’Arménie, avaient été mus en préparant la soirée littéraire du 17 novembre 2015, c’est l’actualité, avec les attentats de Paris ayant ôté la vie d’au moins 129 personnes et bouleversé le monde entier, qui, sinistrement, est venue en quelque sorte à leur rencontre.

La soirée était conçue autour de la présentation de Yasmina Khadra et Andreï Makine – deux écrivains ayant choisi le français comme langue d’expression, – avec pour objectif de redonner le goût de lecture aux francophones en attirant leur attention notamment sur des écrivains modernes, ainsi que de mettre en valeur les bibliothèques de ces deux institutions francophones en Arménie.

Pas de lien, à première vue, avec les actes terroristes ayant secoué la capitale française, sauf pour les connaisseurs de la vie et de l’œuvre de Yasmina Khadra.

Écrivain francophone d’origine algérienne avec un background de 25 ans de service militaire et de combat contre les terroristes islamistes en tant qu’officier de l’armée algérienne, Yasmina Khadra (Mohamed Moulessehoul, de son vrai nom) s’est consacré, suite aux guerres en Irak et en Afghanistan, à mettre en scène ce« dialogue de sourds qu’oppose l’Orient et l’Occident » à travers une trilogie –« Les Hirondelles de Kaboul » (2002), « L’attentat » (2005) et « Les sirènes de Bagdad » (2006) – où le terrorisme, sujet inévitable, est traité sous des lumières et dans des contextes différents non seulement avec brio mais aussi avec une humanité et une profondeur que les critiques concèdent à chaque fois aux œuvres de Khadra.

L’écrivain n’a pas choisi de garder le silence face aux attentats de Paris non plus. Il a crié sa colère lors d’une émission sur la chaîne de radio RTL : « Ils sont nos ennemis. Point barre. Nous sommes tous menacés par ces gens-là puisqu’ils n’ont pas demandé aux gens qui étaient sur les terrasses leurs papiers ou leur religion. Ils ont mitraillé tout le monde et dans ce carnage on a trouvé toutes les France, toutes les ethnies et toutes les religions. C’est notre ennemi commun ».

Pourtant, ne dévions pas trop du sujet initial de la rencontre qui était « Trois nations, une langue », surtout que, bien que naturellement dominés d’abord par l’actualité, ses organisateurs et les présents ont finalement su le replacer dans son cours préconçu.

Pourquoi trois nations ? Car Yasmina Khadra est Arabe, Algérien et étroitement lié à la culture francophone tandis qu’Andreï Makine, de sa part, est Russe, né et grandi en URSS et immigré en France dans les années 1980. Une langue car tous les deux ont choisi de s’exprimer directement en français qui n’est pas leur langue maternelle. Quel rôle ce choix peut-il jouer? C’est à cette question que la présentation de leurs vies et de leurs œuvres, la lecture de certains extraits, les vidéos et les échanges cherchaient à répondre.

Conclusion : « choisir de s’exprimer dans une langue autre que la sienne oblige à prendre du recul face à ses origines, ouvre à une vision différente du monde et permet de jeter des ponts entre plusieurs univers culturels », note Maxence Smaniotto. En même temps, selon lui, être porteur de deux cultures permet de prendre du recul face à la culture d’adoption aussi, donc de pouvoir dépasser l’extrémisme de part et d’autre… ce qu’on n’arrive plus à faire aujourd’hui.

Source: Le Courrier d’Erevan

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on VK